Le CPF de transition professionnelle remplace le Congé Individuel de Formation (CIF). Il permet de financer des projets de reconversion professionnelle.

Le salarié doit justifier d’une ancienneté d’au moins vingt-quatre mois, consécutifs ou non, dont douze mois dans l’entreprise.

Le projet de transition professionnelle  peut être utilisé  uniquement pour financer  des formations certifiantes, éligibles au compte personnel de formation, destinées à permettre au salarié de changer de métier ou de profession.

Démarches à accomplir auprès de l’employeur : le salarié doit lui adresser une demande écrite au plus tard 120 jours avant le début de l’action de formation, 60 jours pour une formation de moins de 6 mois.

Lorsque la formation est réalisée sur le temps de travail, le bénéficiaire d’un congé de transition professionnelle peut bénéficier d’une rémunération, dès lors qu’il a obtenu l’accord de la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR).

À partir du 1er janvier 2020, les commissions paritaires interprofessionnelles (CPIR) seront chargées de prendre en charge financièrement les projets de transition professionnelle. Dans l’attente de la mise en place des CPIR, cette mission sera assurée par les Fongecif.